Aller au contenu principal

Actualités

Rencontre Maxime Karrer, jeune passionné aux mains vertes

L'Alsace 15/5/2017

Maxime Karrer, Ranspachois apprenti à l’entreprise paysagiste Greder à Saint-Louis, a décroché, dernièrement à Rouffach, le titre de meilleur apprenti d’Alsace dans sa catégorie. Passionné de jardinage, il se prépare actuellement pour les Olympiades.

Maxime Karrer, entouré de son mentor Jérémy Desserich, et de ses patrons Sandra et Daniel Greder

 

À 17 ans, Maxime Karrer prépare son CAP de jardinier-paysagiste à mi-temps au sein de l’entreprise Greder à Saint-Louis, ainsi qu’au lycée agricole de Rouffach, pour ce qui est de la partie théorique. C’est là qu’il a obtenu le précieux diplôme de meilleur apprenti d’Alsace, le 11 mars dernier. « La présélection a eu lieu en février, parmi huit apprentis haut-rhinois. Cinq ont été retenus, dont moi. Pour le concours proprement dit, qui s’est déroulé dans l’enceinte du lycée, nous avions à affronter cinq jeunes du Bas-Rhin », témoigne le jeune homme. Tout y était imposé : « La pose d’un mur en pierres sèches, d’un dallage, d’un fil pavé, d’un gazon en plaques et la plantation de différents végétaux. » Sans préparation spécifique ? Si, car Maxime avait un solide bagage grâce à son maître d’apprentissage Jérémy Desserich, qui l’accompagne depuis deux ans dans le cadre de sa formation. Les résultats ont été rendus publics le soir même du concours : Maxime avait remporté le palmarès.

 

« Mon grand-père m’a transmis l’amour du jardin »


Dans son entreprise de formation comme dans la famille Karrer, tous ont laissé éclater leur joie. Très contente également, la sénatrice haut-rhinoise Catherine Troendlé, maire de Ranspach-le-Bas, village qui a vu grandir Maxime. C’est là qu’il a attrapé le virus du jardinage. « Je m’y suis passionné très tôt, dès l’âge de 5 ou 6 ans. Et cela grâce à mon grand-père qui travaillait comme jardinier en Suisse. C’est lui qui m’a transmis l’amour du jardin. » Passionné et autodidacte, Maxime a lui-même appris les bases de l’horticulture et du maraîchage, avant qu’il ne commence son CAP à Rouffach, à l’âge de 15 ans. « J’aime tout simplement la nature, la créativité, le jeu avec les végétaux et les minéraux. » En juin prochain, il devrait en toute logique décrocher son CAP. Il pense rester au lycée agricole de Rouffach, et chez Greder à Saint-Louis, pour préparer durant un an encore son brevet professionnel de paysagiste, « plus technique et spécialisé que le CAP ». Et après ? « Peut-être une spécialisation en maçonnerie. » Avec la préparation du brevet professionnel, il quittera le service d’entretien de chez Greder pour rejoindre le second, spécialisé dans la création d’espaces verts et de jardins. Qui plus est, Maxime Karrer est d’ores et déjà inscrit aux prochaines Olympiades des métiers. Jeune passionné aux mains vertes à suivre…

 

L’Alsace 15/05/2017